l’âme-soeur prédestinée et l’âme-soeur que l’on épouse. LE ZIVOUG.

zivoug âme-soeur couple juif

Il y a une contradiction entre l’âme-soeur prédestinée, et l’âme-soeur que l’on mérite d’épouser selon la valeur de nos actions. Résoudre la contradiction

 

LE ZIVOUG :  Richone (Premier) ou Cheni (Second)

(LE COUPLE ou l’âme-soeur)

le Couple  Premier Initialement prévu, ou le Couple Second (celui qui dépend de nos actes de notre élévation morale, au moment de notre mariage)

 

Apparemment, il y a une contradiction entre ce qui est écrit dans les Pirkei Abot (les Maximes de nos Pères) : à savoir 40 jours avant la naissance d’un garçon, une voix Céleste proclame dans le ciel: ‘La fille de Untel est destinée à tel garçon (prédestination) et ce qui est mentionné, dans les textes sacrés: Le C.iel dans sa Providence occupe son temps à former les couples: a tel conjoint, il attribue en fonction de ses actes,  telle conjointe.

 

  1. LE COUPLE ou l’âme-soeur:  LE ZIVOUG 

La réunion des âmes-‘soeurs’ (la formation des couples) dans la Torah

Le mariage dans le langage courant c’est la réunion de deux âmes-soeurs de deux moitiés d’une même âme. Cette idée est exprimée dans la Torah : les commentateurs expliquent qu’au départ, en premier lieu, D… créa un être unique un premier Homme et une première Femme réunis, c’est-à-dire formant une seule et même chair.

Mais D… vit la nécessité de séparer la Femme de l’Homme

il prit une cote  de l’Etre Unique et en fit une Femme. C’est pour cela que revient à l’Homme le devoir de rechercher sa moitié séparée de lui. Toute l’essence de l’âme-soeur est ici.

Le Rav Nathan SHAFIR explique dans son remarquable ouvrage Le Chiddoukh (la rencontre organisée entre un jeune homme et une jeune fille susceptibles de se convenir, et de fonder une famille juive)  que l’Homme la Femme naissent donc séparés l’un de l’autre, et ils ressentent alors le besoin de se retrouver.

Le mariage est, dès lors, le moyen de pouvoir faire revivre ce lien: cette proximité qui existait lors de la Création, entre l’Homme et la Femme, chacun des deux partenaires, retrouvant la partie manquante de son être.

Voir à cet effet le cours de Rav Yehia BENCHETRIT sur le Choix du Partenaire dans le mariage :

 

  1.  LE ZIVOUG (LE COUPLE) ET LE SERVICE DIVIN

Le RaMHaL le Rav Moche Haim Lussato écrit dans son livre מסילת ישרים    traduit en français sous le titre le sentier de rectitude que la Vie est donnée à l’Homme pour l’accomplissement des Commandements religieux et le dépassement des épreuves.

Il y a 613 commandements dans la Torah : le premier d’entre eux c’est le devoir de procréer, puisqu’il est écrit dans la Genèse, dans la première section sabbatique : Croissez et Multipliez.

Mais la procréation n’est pas la seule raison d’être du Couple. Le couple doit être aussi un des lieux privilégiés de la résidence Div… Traite de Sota dans le Talmud Babli a la page 13a

Nous voyons cela, à travers l’orthographe du mot Homme en Hébreu  איש  et l’Orthographe du mot Femme en Hébreu אשה. Lorsque l’Homme et la Femme assume pleinement leur rôle, tel que prévu lors de la création du Monde alors D… est présent dans le Couple et cela est représenté par la lettre י de איש et par la lettre ה de אשה.

En effet la réunion de ces deux lettres spécifiques י  et ה  constitue le début du Tétragramme l’un des Noms de D…, la présence de ces deux lettres dans le genre des deux conjoints signifie donc la présence de D… dans le couple qui constitue alors un sanctuaire.

Inversement, la suppression des lettres  י  dans le mot איש  qui signifie Homme,  ou la suppression du ה  dans le mot אשה  Femme, ne laisserait dans chacun de ces deux noms communs (homme et femme) que les deux autres lettres à savoir אש qui signifie le feu.

En d’autres termes dans la vie juive.  C’est la présence Div…, provoquée  par l’accomplissement des commandements, qui préserve le couple du feu (de la désintégration)

 

  1.  LES CONNAISSANCES DE BASE SUR LE MARIAGE

Et D… créa la femme Ezer Kenegdo  עזר כנגדו   en traduction littéral une aide contre lui. Les Commentateurs objectent: Si c’est une aide réelle serait-ce possible qu’elle soit contre lui ? Réponse si  l’homme est méritant (s’il remplit ses obligations vis-à-vis de D… et vis a vis des Hommes Oui sa femme sera une aide, à contrario si l’Homme n’est pas méritant, cette aide sera contre lui.

Un autre aspect des choses est mis en relief dans la section sabbatique dénommée Parachat Ki Tavo. Le texte parle de la remise d’un guet : Un acte écrit de divorce, quand l’homme veut se séparer de sa femme. Les commentateurs expliquent que le mariage doit correspondre à un minimum d’Idéal commun, conformément à la norme communément admise dans la Torah, pour pouvoir perdurer.

Le divorce est souvent le cas, sans pour autant être le cas exclusif, des mariages  fait en dehors de la communauté.

Il y a dans le traite de Kiddouchine (sanctification du mariage) une Michna qui dit qu’il y a 10 degrés de rang social dans la communauté les Cohanim (Cohen au pluriel) les Levy les Israël, les Guerim (Les convertis) etc etc Tout le monde ne peut pas se marier avec tout le monde: ainsi un Cohen se mariera avec une cohenette, de préférence, ou avec une jeune fille d’Israël, il pourra se marier avec une veuve, mais ne pourra pas se marier avec une divorcée.

 

4.     LA CONNAISSANCE DE SOI AVANT TOUTE CHOSE

Le mariage est le don de soi avant toute chose. Particularité de l’hébreu le mot donner se dit NaTaN,  et en écriture h’asserah (c’est-à-dire manquante [ sans voyelles]) s’écrit נ ת ן :    notez bien que נ  et ן  sont la même lettre à savoir le  נ c’est le N écrit en début ou en milieu de mot et le ן  c’est le N Final.

Par conséquent le fait que נתן NaTaN s’écrive ainsi,  il peut être lu de gauche à droite, comme de droite à gauche : Ce qui veut dire qu’on ne reçoit que ce que l’on donne et que l’on ne donne que ce que l’on reçoit.

Avec sincérité et intensité: sans compter !  Le conjoint doit donner le meilleur de lui-même pour la construction du Lien, du Couple qui doit durer toute la Vie.

 

  1.  LES FACULTÉS LES PLUS UTILES DANS LA VIE DE COUPLE :

La Parole :

le fait de s’exprimer, dans la vie courante pour que le/la conjoint/e n’en arrive pas à mal interpréter vos silences, ou à ressasser ses questions concernant vos silences..

le fait de tout garder pour soi, au moment de la colère, pour éviter d’envenimer une situation.

L’écoute de L’autre (Conjoint/e)

L’attention aux Besoins du/de La Conjoint/e : pressentir les besoins de l’autre avant qu’il/elle ne les exprime.

La Générosité : sans commentaire : on se doit d’être généreux

La Capacité à Réaliser Un Projet avec le/la Futur/e Conjoint/e

Quand on veut rouler en tandem ou que l’on veut faire un rallye automobile, on choisit bien son partenaire et on se met bien d’accord avec lui avant le début de l’excursion en vélo, ou du rallye automobile. A priori il n’y a pas de raison pour attribuer beaucoup plus de taches a l’un des deux conjoints en dehors de celles qui lui sont spécifiques, par contre le conjoint aidera son partenaire, avant que celui-ci ne le lui demande, chaque fois qu’il sentira un besoin d’aide non exprimé !.

 

La capacité de comprendre le pourquoi d’un malentendu ou d’un conflit et de le résoudre avec la patience, qu’il faut, … sans trop attendre

 

La capacité à mettre le/la conjoint/e en valeur : c’est l’homme ‘’qui fait’’ la femme, c’est la femme ‘’qui fait’’ le mari

Par exemple on entend dire : elle/il a pris de lui/d’elle la plupart de ses qualités, il/elle a pris d’elle/de lui la plupart de ses défauts:                                                     La médisance (לשון הרע) : leur mariage a été plus profitable pour elle, bien sur, plus que pour lui.

Il aurait été préférable d’entendre chacun a pris de son conjoint ses qualités.

 

Il y a des traits de caractères majeurs,   qu’il est impensable de changer :

Quelqu’un/e qui est droit/e comme la justice, ne pourra pas s’entendre avec une femme/homme  qui a une inclinaison naturelle vers le compromis accentué. Ce type d’union n’est pas fait pour durer longtemps.

Une femme/homme  qui gère ses dépenses et qui les justifie toutes, comme un bon comptable, ne pourra pas s’entendre avec un/e homme/femme qui depense sans compter.

Des lors que l’on se connait bien, c’est a dire que l’on se connait objectivement, on doit pouvoir définir rationnellement le profil du conjoint souhaité.

 

Il est important de prendre en compte, le niveau d’attachement aux valeurs spirituelles des deux conjoints, de même la compatibilité des origines socio-professionnelles des deux futurs conjoints. Contre-Exemple, un directeur de construction de programme Immobilier ne fera pas forcement bon ménage avec un professeur de Chant Classique.

C’est le C/iel qui organise la formation des Couples :

Il est écrit dans la Torah que l’une des fonctions principales du C.réateur, c’est d’organiser la formation des couples  מזווג זיווגים.

Or nous voyons que dans Pirkei Avoit ‘’les Maximes de nos Pères’, une autre idée qui est mentionnée, celle de la voix Celeste qui 40 jours avant la naissance d’un garçon proclame dans le Ciel, la fille de tel homme, sera l’épouse de ce garçon. (predestination, pas de libre arbitre)

 

  1.  LE ZIVOUG RICHONE (le Couple Initialement prévu ou l’âme-soeur)

     

Le Zivoug Richone, correspond aux couples dont chacun des conjoints regarde son partenaire comme l’âme-sœur, ce sont des couples dont l’entente est parfaite naturellement : tout se déroule naturellement dans l’harmonie : on dit que les deux conjoints ont chacun une âme respective qui prend sa source au même endroit (nechamata mi choreche nichmato)

  1.  LE ZIVOUG CHENI (LE COUPLE secondaire),

Celui qui va se réaliser, non pas comme initialement prévu (…..la voix Celeste qui 40 jours avant la naissance etc. … )  mais qui va nécessiter une Intervention Div… pour rapprocher un jeune homme et une jeune fille qui présentent tous les deux le même degré d’accomplissement dans leurs actes et le même degré d’élévation morale.

À partir de là, commencera le travail d’adaptation des conjoints, l’un vis à vis de l’autre : un couple ne se crée pas en un jour, en un mois ou en un an, mais durant toute une Vie…

Apparemment, il y aurait une contradiction entre le Zivoug Richone (le Couple Initialement prévu) et le Zivoug Cheni (Le couple secondaire)

Non, il n’y a pas de contradiction:  le Zivoug Richone le couple initialement prévu est celui qui va correspondre au cas du jeune homme et de la jeune fille dont la ligne de conduite aura été depuis leur plus tendre enfance, et jusqu’au jour de leur mariage, celle prévue dans le plan divin,en quelque sorte le parcours sans faute !   le Zivoug Cheni ( Le Couple secondaire), c’est le couple qui se constitue par un jeune homme et par une jeune fille dont la ligne de conduite, n’est pas été tout à fait, celle prévue initialement dans le plan divin, mais plutôt une ligne de conduite, un tant soit peu spontanée, qui s’est écartée a un moment ou à un autre de celle préconisée initialement, par le plan Divin.

La prise de conscience, du jeune homme ou de la jeune fille, va les amener à corriger ou à ne pas corriger leurs actions, à s’élever ou à ne pas s’élever spirituellement. C’est le C.iel qui organise la formation des couples, le jeune homme/la jeune fille  recevra pour conjoint celle/celui  qui correspondra à son degré d’accomplissement dans ses actions, et à son degré d’élévation spirituelle, au moment où il/elle va se marier.

C’est cela que l’on appelle le Zivoug Cheni (le Couple Secondaire).

 

  1.  DÉFINISSEZ-VOUS, VOUS-MÊME : QUI VOUS,ETES ET DÉFINISSEZ CELUI/CELLE QUE VOUS RECHERCHEZ                                                                                 

C’est un exercice difficile, c’est dur d’être objectif, tout le monde s’évalue avec indulgence.

Mais là, il faut faire attention, car c’est à partir de là que vont commencer vos recherches, pour trouver le conjoint qu’il vous faut à vous.

Une recherche non adéquate, ne pourra pas donner les résultats que vous souhaitez.

Maintenant si cela, s’avérait être un exercice difficile ou complique pour vous, sachez qu’il y a deux catégories d’enseignants qui peuvent vous aider à voir clair en vous-même, et à voir clairement celui/celle qui pourrait être le conjoint/e idéal(e) pour vous : ce sont les deux enseignants les plus élevés des Yeshivot Gdolot (Institut des Hautes ’Etudes Talmudiques) le premier d’entre eux, est le Machguiah (Directeur Spirituel) le deuxième est le Directeur General de l’Institut en question. Le temps de ces deux personnes est géré très parcimonieusement et une partie de ce temps-là est effectivement réservé a ceux de leurs élevés arrives a l’âge ou ils doivent en principe se marier (18 à 22 ans).  Ces deux responsables participent activement a la décision de se marier d’une dizaine a une vingtaine de leurs élèves (selon l’importance de leur institution) chaque année.

En effet, dans les bonnes Yeshivot Gdolot, (Académie Religieuse, Hautes Etudes Talmudiques) une des obligations communément admise par les deux dirigeants principaux, vis-à-vis des parents des élèves qui sont admis, dans leur établissement, c’est d’aider chacun des élèves reçus qui aura accompli tout son cycle d’Etudes, à trouver le conjoint adéquat pour lui.

Bien sur le Machguiah (Directeur Spirituel) ou le Rosh Yeshivah (Fondateur de l’Institut) ne travailleront pas tout seul, chacun d’entre eux sera entouré de quelques-uns des  enseignants, à qui sera déléguée  une partie de cette responsabilité.

Ces enseignants ont, et développent par conséquent , ce que l’on appelle communément le Daat HaTorah: la hauteur de vue selon La Torah nécessaire, pour conseiller un jeune homme célibataire qui désire se marier et construire une solide famille.

 

1 commentaire

  1. Zivoug Richone (Le Couple Originel) et Zivoug Cheni ( le Couple dans les faits )

    n’est ce pas une vision simplifiee des choses ?

    Répondre

Répondre à Rabi.REUBEN Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux + sept =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>